Le prix à payer #CahierDeCrise n°6

Il fait beau mais les ordonnances du gouvernement sont en train de pleuvoir. 
Peut-on être étonné qu’il profite de la crise pour se livrer à une nouvelle attaque sociale ? Pendant le confinement, il appelle à aller au travail. Il refuse d’agir pour ne maintenir que les activités indispensables à passer le temps de crise aiguë, en engageant une démarche avec les acteurs économiques et sociaux pour les définir au plus près. Il cherche à faire supporter la situation par les salariés : plutôt les congés confinés que le chômage partiel, qu’il semble accorder au compte-goutte alors que toute l’économie est impactée. C’est pour cela qu’il donne prise aux employeurs sur les congés, les RTT et les repos hebdomadaires. Désormais, il pourra, sous réserve d’un accord de branche ou d’entreprise, différer une semaine de vacances en prévenant le salarié un jour avant, imposer le fractionnement, suspendre le droit à un congé simultané avec un conjoint… Il pourra sans autre réserve que de ne pas excéder dix jours au total, imposer ou modifier les RTT un jour avant, imposer la prise des jours du compte épargne temps. 
Deuxième volet, il élargit les possibilités d’augmenter le temps de travail sans que ce soit discuté, justifié, contrôlé, sécurisé pour les secteurs « jugés essentiels à la continuité de la vie économique et à la sûreté de la Nation » (là, ils existent) (mais quels sont-ils ?). Dans ce cadre, la durée maximale hebdomadaire est portée à 48 heures sur douze semaines glissantes (au lieu de 44) et à 60 heures sur une seule semaine. Des marges seront données pour le repos dominical et le temps de repos entre deux journées de travail porté à 9 heures au lieu de 11 heures. Auparavant, ces dérogations impliquaient une autorisation expresse.
Et pour couronner le tout, il ne s’en tient pas à l’urgence sanitaire. Ces mesures sont inscrites dans la loi jusqu’au 31 décembre 2020. Le gouvernement mixe le temps de l’urgence et le temps de la relance. La relance a donc déjà commencé, au prix du risque sanitaire et elle se poursuivra dans des conditions sociales dégradées qui n’ont jamais été discutées. 
Ce sont des mesures drastiques qu’il faut prendre pour que le travail de ce temps de crise ne serve pas les profits
Mais rassurons-nous, le gouvernement a suggéré aux entreprises d’y aller mollo sur les dividendes dans la période… On croit rêver. Ce sont des mesures drastiques qu’il faut prendre pour que le travail de ce temps de crise ne serve pas les profits et pour que les dispositifs publics qui peuvent s’avérer nécessaires n’alimentent pas la grosse caisse. Pendant ce temps, la spéculation va bon train sur les marchés financiers…
 
C’est pourquoi, ce soir, je me suis adressé à Bruno Le Maire pour en savoir plus sur les perspectives de nationalisations et prises de participations à envisager pour faire face. Je l’ai également interpelé pour connaître les initiatives européennes que le gouvernement entend engager dans les plus brefs délais afin d’assurer une coordination des mesures qui touchent la production et les échanges : la force d’aucun travailleur et d’aucune travailleuse ne doit être utilisée au mépris de sa santé ni mobilisée au-delà de ce qui est nécessaire en temps de crise sanitaire (j’ai l’impression que, comme souvent, c’est pire dans la sous-traitance, sujet sur lequel j’ai demandé aux autorités locales une vigilance particulière). Et l’Union européenne doit d’ores et déjà se préparer à protéger les capacités de production, les savoir-faire, les emplois, les ressources au moment de la relance. Et dans la foulée, j’ai écrit à Elisabeth Borne, la ministre de la transition écologique et solidaire, pour savoir ce qui est engagé pour maîtriser les effets des événements sur la planète : la relance devra être écologique. La crise dont nous devons affronter les dégâts doit aussi être l’occasion d’accélérer un certain nombre de transformations possibles et nécessaires.
 
Je suis également attentif à la situation de l’Hôpital et à celle dans les EHPAD.
Le manque de matériel continue à se faire sentir de façon inacceptable. Cela me renforce dans ma conviction concernant la création de nouveaux outils publics pour le médicament et les dispositifs médicaux et nous essayons en même temps d’avancer sur notre proposition de loi. Tout le monde peut maintenant mesurer ça et là l’incurie du libéralisme qui nous a conduit dans ce dénuement public insupportable. 
Le sujet qui continue à agiter beaucoup de monde en ce moment, c’est le recours au chômage partiel. J’ai demandé des comptes aux autorités. Je me suis adressé aujourd’hui aux nombreux artisans et commerçants qui s’inquiètent et craignent de n’être pas reconnus éligibles au dispositif. J’ai pu échanger avec un de nos agriculteurs suite à la décision de fermer les marchés. Nous avons besoin d’eux. Franchement, les déclarations « à la one again » des membres du gouvernement sur le sujet sont lamentables. L’un qui suggère aux gens de sortir de leur confinement pour aller se distraire en pratiquant le métier de paysan et l’autre qui le corrige avec une formule méprisante pour les enseignants qui galèrent. Faut arrêter de sucrer les fraises… 
 
Je commence à écrire cette chronique de plus en plus tard et un peu plus scotché sur le réel qui nous agrippe. Une fois le raid de la journée un peu passé, lorsqu’il est vain de chercher à joindre les uns, les unes ou les autres, je me remets au boulot sur ce premier ouvrage sur les retraites et la protection sociale (qui m’a fait décaler un autre projet sur le travail), et j’entrevois par la fenêtre entrebâillée l’ampleur d’une idée folle, tellement folle qu’elle a commencé à prendre réalité. Nous l’avons appelée sécurité sociale. J’aime ce nom, et son diminutif, sécu, qu’employait si souvent mon père qui en était l’un des agents. Quelle invention ! Elle a trop été empêchée. Elle n’est pas une idée banale. Elle porte en elle un mouvement profondément civilisant : elle mutualise une part des richesses créées par le travail pour la rendre à l’humain, au soin de l’humain, sa santé, sa retraite, ses enfants, son travail... J’écris tout cela sur un coin de table et il faudrait y mettre des mots plus justes. Mais l’heure n’est plus à approfondir. Je peux juste en profiter pour souhaiter qu’elle ne soit pas une victime collatérale mais l’un de moteurs du monde d’après. Deux journalistes m’ont interrogé aujourd’hui sur ce monde d’après, me demandant comment je réagissais au pas de côté d’Emmanuel Macron, la semaine dernière. Je ne vais pas vous surprendre : aucune confiance. Dans la crise s’aiguisent les contradictions. Les profiteurs cherchent à en profiter et les dominants cherchent à asseoir leur domination, mais grandissent aussi les consciences. La crise éclaire le réel d’un autre jour. Alors oui, nous pouvons penser que de ce moment sortira un autre monde, mais à la condition impérieuse de s’en occuper. 
J’ai une petite pensée pour Josette, dont je viens d’avoir la fille au téléphone. C’était une militante extra, pleine d’enthousiasme et d’humanité. Je la rencontrais souvent en traversant à grandes enjambées le jardin de Ferrières, où elle se retrouvait avec ses copines. 
Je reçois des messages amicaux, comme chacune et chacun d’entre nous sans doute, de copains qui demandent des nouvelles et me disent de prendre soin de moi.
Prenez soin de vous.
Prenons soin de nous.
A demain.
 
 
Post Scriptum : Une pensée quand même aussi pour Uderzo, le dessinateur talentueux d’Astérix, qui nous a quittés. Quel génie que cette création partagée avec Goscinny, le tout sans potion magique… J’en profite pour glisser là combien je reconnais en la bande dessinée un art noble, et je salue l’ami martégal Yann Madé, enfermé avec ses feutres et sa planche à dessin.

La fabrique du commun

14 quai Général Leclerc, 

13500 Martigues

téléphone : 04 42 02 28 51

 

Dans votre ville un jeudi par mois sur rendez-vous 

  • Port-Saint-Louis du Rhône le 1er jeudi du mois de 15h30 à 17h Maison de services au public
  • Istres le 2ème jeudi du mois de 16h à 17h30 Hôtel de ville
  • Port de Bouc le 3ème jeudi du mois de 16h à 17h30 CC Elsa Triolet

 

La lettre d'information

 Inscription *                            (* information obligatoire)

Cliquer sur "Entré"

Mentions légales

Mentions légales

Politique de confidentialité