Redon-donnant

Donnant-donnant. Vous avez bien travaillé, on vous donne une prime. C’est ainsi qu’ont été entendues les annonces du gouvernement pour les personnels soignants.

En réalité, il n’arrive pas à se sortir de son système de pensée. Depuis deux ans et demi, la politique qu’il déploie vise en permanence contourner le salaire ? Pourquoi ? Pour baisser le coût du travail. Or la première chose à faite qu’avant toute autre, c’est de mettre les salaires à niveau. La baisse du pouvoir d’achat dans la fonction publique a été significative ces dernières années avec le gel répété du point d’indice. Variable, la prime sera d’ailleurs exemptée de cotisations et d’impôt. Contourner le salaire, c’est refuser un engagement durable, la juste reconnaissance de la qualification, et les droits sociaux qui vont avec. C’est l’occasion de rappeler les servitudes de la fonction publique, inscrite dans un statut qu’on démantèle : les agents remplissent une mission d’intérêt général qui leur impose de s’adapter aux besoins. Ils et elles demandent donc qu’on les rémunère correctement pour cela. Pas qu’on les gratifie, dans une logique de management dont l’hôpital souffre depuis tant d’années. Et cela commence par le paiement des heures supplémentaires déjà effectuées (et de la souplesse quand ils et elles demandent le report de congés annuels pendant le plan blanc). Ils et elles demandent les moyens d’exercer correctement leur métier. S’il escompte que cette prime sera versée pour solde de tous comptes, le gouvernement se trompe. C’est aussi pour cela que je demande l’examen d’une loi de financement de la sécurité sociale rectificative. 

Pendant ce temps, il semblerait que certains réfléchissent à la meilleure façon de profiter de la crise. Une note du collectif « Le médicament un bien commun » dont je suis partie prenante, m’alerte sur cette question. Les traitements et vaccins contre le COVID-19 représentent potentiellement un gigantesque marché. Et cela pose au moins deux questions essentielles. Va-t-on assister à une course à la propriété intellectuelle ? A quel prix éthique va se conduire la recherche ? On ne rattrapera pas le retard pris en trois coups de cuillère à pot. La meilleure solution pour accélérer le processus, c’est la coopération des équipes scientifiques, et des réseaux se tissent pour cela. Mais le modèle utilisé par le gouvernement est demeuré celui de l’appel à projets pour quatre lauréats sur quatre priorités sélectionnées par l’OMS, tandis que l’Institut Pasteur lance une collecte de son côté. Et il faudrait que dans ce domaine au moins, on s’assure au plan international que les découvertes seront accessibles et disponibles. A l’époque du SRAS, même si l’intérêt s’était estompé avec le virus, il avait été obtenu que les droits soient placés dans une « communauté de brevets ». La lutte pour l’exclusivité, face au drame sanitaire que nous connaissons, même feutrée, serait d’une obscénité d’autant plus grande qu’elle s’exposerait au monde entier. 

A-t-on raison de se méfier des grands groupes en général et des laboratoires pharmaceutiques en particulier ? La direction de Sanofi n’a-t-elle pas annoncé qu’elle consacrerait 100 millions à la lutte contre le Covid-19 répartis « entre les hôpitaux publics, les Ehpad et certaines entreprises du digital » ? Si fait. Et la moitié de cette somme se traduira par « la mise à disposition gratuite de médicaments pour aider à soigner les patients atteints par le Covid-19 mais aussi la réalisation d'études cliniques en France qui permettront d'accélérer la recherche de traitements efficaces » (revient la question précédente). Que Sanofi participe, on pourra trouver que c’est bien. Mais il faut préciser qu’à la phrase d’après, on nous annonce que près de 4 milliards de dividendes vont être distribués au titre de l’année 2019 : c’est la « 26e année consécutive de croissance du dividende ». On est dans le redon-donnant ! Quand je pense à l’argent qui fait défaut au CNRS et à celui qu’on n’a pas donné aux équipes du chercheur marseillais Bruno Canard pour ses travaux sur les virus de type corona...

 

Pin It

La fabrique du commun

14 quai Général Leclerc, 

13500 Martigues

téléphone : 04 42 02 28 51

 

Dans votre ville un jeudi par mois sur rendez-vous 

  • Port-Saint-Louis du Rhône le 1er jeudi du mois de 15h30 à 17h Maison de services au public
  • Istres le 2ème jeudi du mois de 16h à 17h30 Hôtel de ville
  • Port de Bouc le 3ème jeudi du mois de 16h à 17h30 CC Elsa Triolet

 

La lettre d'information

 Inscription *                            (* information obligatoire)

Appuyer sur "Entrée"