La Cop 26 ne doit pas être un concours d'éloquence !

Question au gouvernement - séance du 2 novembre 2022

 

A l’ouverture de la COP 26, hier, le Président de la République a fait la leçon à la terre entière, comme si l’Europe et la France étaient exemplaires dans la lutte contre le changement climatique. La Cop ne doit pas être un concours d’éloquence : on ne saurait se payer de mots. La situation est préoccupante, nous ne devons pas nous résoudre à renoncer aux objectifs et nous pouvons agir.

Or, si la France et l’Europe prennent des engagements, il y a loin de la parole aux actes : les moyens ne suivent pas.  

La réussite de la transition écologique exige de changer nos modes de vie, et de mobiliser à brève échéance des moyens financiers colossaux. Et sachant qu’en Europe les 10% les plus riches émettent 6 fois plus de CO2 que les 50% les plus pauvres, cela suppose de faire contribuer les plus riches à leur mesure.

Nous devons nous engager dans des programmes massifs d’investissement pour sortir de notre dépendance aux hydrocarbures, relocaliser et transformer notre industrie, rénover les logements, développer les transports en commun et le fret ferroviaire, investir dans la formation et la recherche. Sans compter la nécessité d’anticiper les effets du changement climatique.

Nous ne pourrons relever ce défi sans nous attaquer à la loi du marché, sans remettre en cause le pacte de stabilité et de croissance, sans tourner le dos aux politiques d’austérité, synonymes depuis des années d’inaction climatique…

La France doit prendre prochainement la présidence de l’Union européenne.

Le gouvernement doit s’engager à obtenir la sortie les dépenses d’investissement dans la transition écologique du calcul des déficits publics. 

Plutôt que de s’enfermer dans le dogme budgétaire et d’encourager un système où la règle est la captation de richesses par un tout petit nombre sur le dos de l’humain et de la planète, il est incontournable et urgentissime de donner la priorité aux objectifs sociaux et environnementaux essentiels pour notre avenir et l’avenir de nos enfants. 

Y êtes-vous prêts ? 

 

 

La séance en vidéo

 

 

 

 

Reconnaissance des AESH

Question au gouvernement du 19 octobre 2021

 

Monsieur le Ministre,

“Maman, je suis un problème, ils n’en ont rien à faire de moi”, voilà les propos d’un jeune garçon de ma circonscription. Sa maman est venue m’expliquer combien c’est épuisant, estimant que rien n’est fait correctement et demandant tout simplement qu’il ait son accompagnant. 

Lire la suite : Reconnaissance des AESH

Lutte contre la précarité alimentaire

Question écrite

M. Pierre Dharréville interroge M. le ministre des solidarités et de la santé sur la lutte contre la précarité alimentaire.
La loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt de 2014 et la loi Egalim de 2018 promeuvent l'accès à "une alimentation sûre, diversifiée, de bonne qualité et en quantité suffisante aux personnes en situation de vulnérabilité économique" tout en respectant les conditions d'une production durable. Mais l'objectif affiché se heurte à la réalité si l’on examine la situation réelle des familles touchées par la précarité.

Lire la suite : Lutte contre la précarité alimentaire

Lutte contre la fracture numérique

Question écrite

M. Pierre Dharréville attire l'attention de M. le secrétaire d'État auprès des ministres de l'économie, des finances et de la relance, et de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la transition numérique et des communications électroniques sur les enjeux de l'inclusion numérique.

Lire la suite : Lutte contre la fracture numérique

Conditions de travail des sages-femmes

Question écrite

Monsieur le député interroge M. le ministre des Solidarités et de la Santé sur la dégradation des conditions de travail des sages-femmes.
Hier, jeudi 7 octobre, les sage-femmes étaient mobilisées partout en France. Leur mouvement prend de l’ampleur : c’est la troisième fois depuis le début du mois de septembre.

Lire la suite : Conditions de travail des sages-femmes

La fabrique du commun

14 quai Général Leclerc, 

13500 Martigues

téléphone : 04 42 02 28 51

 

Dans votre ville un jeudi par mois sur rendez-vous 

  • Port-Saint-Louis du Rhône le 1er jeudi du mois de 15h30 à 17h Maison de services au public
  • Istres le 2ème jeudi du mois de 16h à 17h30 Hôtel de ville
  • Port de Bouc le 3ème jeudi du mois de 16h à 17h30 CC Elsa Triolet

 

La lettre d'information

 Inscription *                            (* information obligatoire)

Appuyer sur "Entrée"