Baisse des crédits de la politique de la ville

Lettre à Jacques Ménard, Ministre de la Cohésion des territoires - 29/08/2017

L'annonce de l'annulation de 46,5 millions d'euros de crédits de l'État destinés aux Contrats de Ville soulève de vives inquiétudes notamment dans les territoires bénéficiaires de cet accompagnement indispensable pour la réalisation des actions en direction des populations les plus fragilisées portées par le mouvement associatif.

Cette décision est vécue comme une nouvelle injustice. En effet, elle vient s'ajouter aux baisses, successives et à venir, des dotations de l'Etat qui grèvent déjà durement les budgets communaux, réduisant ainsi la capacité des communes à développer des politiques publiques locales au services de leurs territoires et populations.

Conséquence de ce qui précède, c'est aussi un nouveau coup dur pour les associations dont les budgets subissent déjà les baisses des subventions allouées par les collectivités territoriales.

Au cœur de ma circonscription, la partie ouest du canton de Martigues-Port-de-Bouc enregistre la part de population vivant dans un foyer allocataire du RSA la plus importante de la région. Les communes de Martigues et Port-de-Bouc comptent cinq quartiers en Politique de la ville, soit plus de 12 000 habitantes et habitants, et autant demeurent inscrits en veille. 47% de la population de ce territoire est couverte par les prestations de la Caisse d'Allocation Familiales et jusqu'à 61% pour la ville de Port-de-Bouc. Un ménage sur deux a des revenus inférieurs au seuil des bas-revenus (revenus inférieurs à 60% du revenu médian) et 13% des ménages sont considérés comme fragiles (revenus étant supérieurs au seuil de bas revenus grâce aux prestations sociales). A Port-de-Bouc, deux tiers des allocataires sont en dessous du seuil des bas-revenus contre moins d'une sur deux, en moyenne, sur l'ensemble du département des Bouches du Rhône.

Ce phénomène de précarisation est croissant et les publics peuvent cumuler plusieurs difficultés : économiques, sociales, professionnelles, en matière de santé physique et/ou mentale, de mobilité.

Les besoins sont donc importants et ils appellent des moyens financiers qui permettent de les couvrir pour répondre aux objectifs déclinés autour des trois piliers structurants des Contrats de ville 2015/2020.

Or, eu égard le décret du 20 juillet 2017, le gouvernement fait le choix de compromettre la poursuite des politiques publiques en faveur de l'égalité territoriale.

C'est pourquoi, Monsieur le Ministre, je souhaiterais connaître les mesures que vous envisagez de prendre pour pourvoir accomplir les missions de votre ministère et éviter que soient pénalisés ceux qui ont le plus besoin de solidarité républicaine.

Pin It

La fabrique du commun

14 quai Général Leclerc, 

13500 Martigues

téléphone : 04 42 02 28 51

 

Dans votre ville un jeudi par mois sur rendez-vous 

  • Port-Saint-Louis du Rhône le 1er jeudi du mois de 15h30 à 17h Maison de services au public
  • Istres le 2ème jeudi du mois de 16h à 17h30 Hôtel de ville
  • Port de Bouc le 3ème jeudi du mois de 16h à 17h30 CC Elsa Triolet

 

La lettre d'information

 Inscription *                            (* information obligatoire)

Appuyer sur "Entrée"