Ralentir...

Tout le monde n’a pas ralenti : pour faire face, les personnels soignants, les professionnels de santé, les pompiers, ou encore les chercheurs ont plutôt été soumis à rude accélération. Mais dans l’ensemble, quand même, le monde a ralenti sa course. Je m’interroge depuis longtemps sur cette fuite en avant, sur cet emballement, sur cette accélération permanente.

Lire la suite : Ralentir...

Drôles de vacances...

 J’ai un attachement très sensible aux colonies et aux camps de vacances. Depuis petit... Ce que j’ai pu y voir à l’oeuvre, ce sont de formidables aventures humaines, la découverte de soi, des autres, du monde. Je me rappelle nos escapades sur les volcans d’Auvergne, de ce goût de la surprise, du jeu, de la création... Je me souviens les courts-métrages, les jeux de rôles, les journaux télévisés, les forums matinaux, les matchs de foot épiques, les jeux olympiques... Et tant de visages, d’émotions. Ce que j’ai vécu dans ces moments de vacances a été plus qu’une source d’épanouissement d’un moment, cela continue de m’accompagner. Et je dois à ces expériences une part de ce que je suis. Vous parler d’évasion dans un moment de confinement, quoi de plus agaçant, diront les bougons.

Lire la suite : Drôles de vacances...

Le courage ordinaire #CahierDeCrise

Exception à la règle du confinement, en début d’après-midi, j’ai pris le temps de me rendre compte sur place de la mobilisation exceptionnelle des professionnels de santé du territoire de Martigues au sein du centre de consultation Covid-19. Et de leur témoigner de notre soutien et de notre reconnaissance, tout simplement. J’ai pu suivre le parcours avec le docteur Gérard Eddi, mesurer tout le travail qui a été fait pour organiser les choses, grâce à la communauté professionnelle territoriale de santé. J’ai fait la belle rencontre de femmes et de hommes, affairés pour accueillir et prendre soin. Ils m’ont fait part de leur besoin de matériel supplémentaire, que j’ai relayé dès aujourd’hui. J’ai pu avoir un bel échange aussi avec deux femmes chargées de l’entretien des lieux pour la mairie. Un travail essentiel et nous nous sommes dits ensemble que certains le redécouvraient aujourd’hui... 

Lire la suite : Le courage ordinaire #CahierDeCrise

Le grand inventaire des biens communs #CahierDeCrise

On m’a demandé où j’étais, finalement, hier soir, lors de l’audition du Premier ministre, puisque j’avais annoncé ici même ma participation à la mission d’information Covid-19. C’est un peu exagéré, parce qu’il parait qu’on me voyait quand même de temps en temps dans la mosaïque, sur les chaînes d’info en continu. Et que j’ai pu disposer de deux minutes pour donner mon sentiment et poser quelques questions. Mais la mission compte un rapporteur général et huit co-rapporteurs, dont un seul n’est pas membre de la majorité, le Président Les Républicains de la commission des finances (c’est de droit un membre du groupe d’opposition le plus nombreux). C’est habile. Donc on a eu droit à un tunnel de la majorité, entrecoupé des réponses du Premier ministre et du ministre de la Santé, avant que les huit groupes parlementaires puissent s’exprimer et je crois qu’il était à peu près 20 heures quand j’ai eu le micro. C’est ballot. Mais je dois à l’honnêteté de dire que le Président du groupe La République en Marche, Gilles Legendre, a parlé après moi. Bon, on ne fait pas ça pour passer à l’écran, on le fait pour faire entendre la voix des citoyennes et citoyens de ce pays, pour faire avancer les choses et obtenir des réponses. Nous en avons eu quelques unes, mais pas trop. Je ne vais pas me livrer ici à un compte-rendu détaillé, mais c’était très vague sur les pénuries de médicaments et les labos à l’arrêt, de même que sur l’hôpital, pour m’en tenir à ces deux sujets.  

Lire la suite : Le grand inventaire des biens communs #CahierDeCrise

Assez de pénurie... #CahierDeCrise n°12

Faut-il écrire trop en temps de pénurie ? On se demande ce qu’on peut y mettre, dans une chronique de député. Il y réfléchit sur la marche du monde, alors on lui demande ce qu’il a fait. Il y rend des comptes, alors on lui dit que ça ne peut pas juste être une liste de ce qu’il a fait. Il n’ose trop rien y dire de sa vie pour ne pas qu’on lui reproche de l’étaler. Et puis il se dit qu’il ferait mieux d’écrire juste un jour, juste une lettre, qui dirait les choses bien comme il faut et bim ! 

 

Lire la suite : Assez de pénurie... #CahierDeCrise n°12

La fabrique du commun

14 quai Général Leclerc, 

13500 Martigues

téléphone : 04 42 02 28 51

 

Dans votre ville un jeudi par mois sur rendez-vous 

  • Port-Saint-Louis du Rhône le 1er jeudi du mois de 15h30 à 17h Maison de services au public
  • Istres le 2ème jeudi du mois de 16h à 17h30 Hôtel de ville
  • Port de Bouc le 3ème jeudi du mois de 16h à 17h30 CC Elsa Triolet

 

La lettre d'information

 Inscription *                            (* information obligatoire)

Appuyer sur "Entré"