Ascométal : Schmolz-Bickenbach doit tenir ses engagements

Quelques mois après sa reprise par l'aciériste Schmolz-Bickenbach, l'avenir d'Ascométal pourrait être menacé par des tensions entre les actionnaires. Dans une lettre adressée, ce vendredi 29 novembre, au ministre de l'économie Bruno Le Maire, Pierre Dharréville une action publique déterminée.

Monsieur le Ministre, 

La situation de l'aciériste Schmolz-Bickenbach, repreneur voici quelques mois d’Ascométal, et notamment du site de Fos-sur-Mer, inquiète.

En effet, Monsieur Martin Haefner s'était engagé à injecter jusqu'à 325 millions de francs suisses dans le groupe, à condition qu'il puisse porter sa participation à au moins 37,5%. Or, la Commission des reprises (Copa) aurait refusé qu’il puisse produire une offre de rachat aux autres actionnaires

Dans un entretien avec l’organe de presse Finanz und Wirtschaft, Monsieur Martin Haefner, a déclaré qu’un rejet de l'augmentation de capital signifierait le passage devant le juge des faillites dès le lendemain. Des tensions semblent se manifester entre les actionnaires principaux, la société de participations Liwet, contrôlée par Viktor Vekselberg et la société de participations des familles héritières à l’approche de l’Assemblée générale qui doit se tenir le 2 décembre, qui devait statuer sur le projet d’augmentation du capital. Les salariés ne doivent pas connaître une nouvelle période d’incertitudes et l’outil industriel doit être préservé.  Je souhaiterais connaître, Monsieur le Ministre, les initiatives prises pour s’assurer que les engagements du repreneur seront respectés d’une part et que les différents entre actionnaires ne viennent pas impacter l’activité ni obscurcir l’avenir d’autre part. La situation de la sidérurgie a subi ces dernières années de trop nombreux aléas, alors même que notre production ne suffit pas à répondre aux besoins, en France comme en Europe. Cela appelle une action publique déterminée.

Engagement pour le Traité d’interdiction des armes nucléaires

Comme d'autre parlementaires, j'ai signé cet engagement pour le traité d'interdiction des armes nucléaires. 

J'invite celles et ceux qui ne l'ont pas encore fait à s'engager pour un monde de paix. 

 

ENGAGEMENT PARLEMENTAIRE POUR LE TRAITÉ D’INTERDICTION DES ARMES NUCLÉAIRES

Les parlementaires ont un rôle vital à jouer dans la promotion de la paix et de la sécurité pour un monde sans armes nucléaires. Ils ont joué un rôle majeur dans la réalisation du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Nous demandons maintenant leur aide à travers cet Engagement parlementaire, pour promouvoir ce traité et encourager la signature et la ratification de celui-ci par leur Etat respectif. Cet Engagement est coordonné par la Campagne internationale pour Abolir les armes nucléaires (ICAN),

« Nous, les parlementaires soussignés, accueillons chaleureusement l’adoption du Traité des Nations Unies sur l’interdiction des armes nucléaires le 7 juillet 2017 comme une étape importante vers la réalisation d’un monde exempt d’armes nucléaires. Nous partageons la profonde préoccupation exprimée dans le préambule face aux conséquences humanitaires catastrophiques qui résulteraient de toute utilisation d’armes nucléaires, et nous reconnaissons le besoin qui en découle d’éliminer ces armes inhumaines et abominables. En tant que parlementaires, nous nous engageons à travailler à la signature et la ratification de ce traité historique par nos Etats respectifs, car nous considérons que l’abolition des armes nucléaires est un bien public mondial de premier ordre et une étape essentielle pour promouvoir la sécurité et le bien-être de tous les peuples. »

 

liste des signataires : http://icanfrance.org/plaidoyer-parlementaires/ 

L'hôpital public ausculté par les parlementaires

La sénatrice Laurence Cohen et le député Pierre Dharréville ont fait escale jeudi à Marseille pour un tour de France des hôpitaux publics. Les parlementaires communistes veulent porter la parole de ceux qui font le service public et dénoncer le manque de moyens.

 

Un article à lire dans La Marseillaise

Une première victoire pour l'AFPA d'Istres

Le 18 octobre 2018, la Direction Générale de l’AFPA avait annoncé la fermeture de 38 centres AFPA en France dont celui d’Istres. Cette annonce était injustifiable à mes yeux. Depuis lors, je n’ai eu de cesse de multiplier les interpellations auprès du gouvernement, de la Direction Générale de l’AFPA, afin d’exiger le maintien du centre de formation. Plusieurs rencontres ont eu lieu au Ministère du travail et à l’Assemblée Nationale. Décidé à défendre l’avenir de notre territoire et les droits de ses habitantes et habitants, je me suis engagé de toute mon énergie. Avec François Bernardini, le maire d’Istres, nous avons organisé une réunion publique où les acteurs de l’emploi, de la formation, de l’économie, ont pu affirmer leur attachement à cet outil et leurs arguments.

Ces initiatives se sont conjuguées avec les mobilisations des salariés avec leurs organisations syndicales. 

Tout cela a débouché sur une réunion qui s’est tenue le 18 octobre dernier, tout juste 1 an après l’annonce, en présence de la Directrice Générale de l’AFPA, du nouveau Directeur Régional, des maires et élus municipaux, des représentants du Conseil Régional, et Conseil Départemental, des responsables d’entreprises, des directrices et directeurs de Mission Locale, des organismes de formation… Cette réunion a de nouveau mis en exergue l’utilité sociale du centre et les dynamiques d’avenir possibles. 

La directrice générale y a annoncé que la fermeture du site n’était plus à l’ordre du jour. Même s’il reste quelques interrogations, c’est une première victoire. La direction veut construire l’avenir de ce site avec l’ensemble des acteurs et des partenaires. 

Le service public de la formation va continuer à agir sur notre territoire, c’est une bonne nouvelle pour les femmes et les hommes de notre territoire.

Je reste vigilant pour la construction des prochaines étapes, mais je suis heureux que les différentes mobilisations et interpellations aient permis le maintien du centre.

Pollution dans le golfe de Fos : la réaction de Pierre Dharréville

Pierre Dharréville, député PCF de la 13ème circonscription des Bouches-du-Rhône, réagit dans un communiqué à l'annonce d'une série de mesures prises par le Préfet pour lutter contre la pollution dans le golfe de Fos.

 

La suite à lire sur le site de Maritima

La fabrique du commun

14 quai Général Leclerc, 

13500 Martigues

téléphone : 04 42 02 28 51

 

Dans votre ville un jeudi par mois sur rendez-vous 

  • Port-Saint-Louis du Rhône le 1er jeudi du mois de 15h30 à 17h Maison de services au public
  • Istres le 2ème jeudi du mois de 16h à 17h30 Hôtel de ville
  • Port de Bouc le 3ème jeudi du mois de 16h à 17h30 CC Elsa Triolet

 

La lettre d'information

 Inscription *                            (* information obligatoire)

 

Mentions légales

Mentions légales

Politique de confidentialité